biotoxines marines

Accueil / Articles ILM / ENIGM CIGUATERA – 2014/2018

figure 1

Le programme « Etude des formes chroniques de ciguatéra supérieures à 6 mois » (ENIGM-Ciguatéra), mené en collaboration avec le Centre hospitalier de la Polynésie française, avait pour objectif de mieux documenter les formes chroniques de la ciguatéra et leur prévalence au sein d’une population de patients de Polynésie française hospitalisés des suites d’une intoxication, entre le 1er janvier 2010 et le 31 décembre 2015. Il visait notamment à mieux décrire les manifestations chroniques de la maladie et décrypter les mécanismes biologiques sous-jacents.  Les résultats de cette étude ont fait l’objet d’une publication scientifique, disponible ici.

  

 

Figure 3 : Principales plantes, utilisées dans la pharmacopée traditionnelle, auxquelles ont eu recours les patients de l’étude. A) Tahinu (Heliotropium foertherianum), B) Hotu (Barringtonia asiatica) et C) Grenade (Punica granatum)